» Musées Préhistoire » Musée de l’homme, du nouveau
 
Musées Préhistoire

 
 

Musée de l’homme, du nouveau

 

Un article dans "LE FIGARO nous donne quelques informations sur le devenir du Musée de l’Homme (21 12 2006)

On connaît maintenant les noms des architectes sélectionnés pour la re-création du nouveau Musée de l’homme au Trocadéro. Il s’agit d’une équipe bordelaise, Brochet-Lajus-Pueyo, asssociée à Emmanuel Nebout, dans une scénographie de l’agence Zen and Co.

 
ON AVAIT longtemps craint pour l’avenir du Musée de l’homme. Souvenez-vous. C’était au début des années 2000, lorsque le départ de l’ethnologie pour le Musée du quai Branly privait le Palais de Chaillot de 600 000 chefs-d’oeuvres témoins des cultures du monde. Le 9 novembre 2005, lorsque François Goulard, ministre délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche annonçait le lancement d’un concours international d’architecture pour le réaménagement de l’ex-musée, désormais voué à présenter l’homme dans son « histoire naturelle », on s’était repris à rêver. Aujourd’hui, le rêve est devenu réalité. L’annonce, hier soir, de l’équipe choisie pour rénover le musée signe en quelque sorte son acte de naissance.
 
« Je suis vraiment heureux de la renaissance d’un musée qui se situe dans la droite ligne de la tradition française de recherche anthropologique, une tradition remarquable avec des noms comme Paul Rivet ou Claude Lévi-Strauss », a déclaré le ministre au « Figaro ». Pour lui, « il existe en effet une conception de l’étude des civilisations et des cultures du monde typiquement française, qui trouve son expression la plus achevée dans la coexistence future des deux musées, le Quai Branly, qui se penche sur l’aspect artistique de la création humaine, et le Musée de l’homme rénové qui sera consacré à une approche anthropologique de ces cultures ».
 
Le contenu du futur établissement, fondé sur le rapport rendu par Jean-Pierre Mohen à la fin 2003, est déjà connu dans ses grandes lignes (voir nos éditions du 14 février 2006 et ci-dessous). Mais il était indispensable, au préalable, de rénover un bâtiment vétuste tout en respectant son caractère patrimonial. «  Le choix du jury que je présidais, explique Bertrand-Pierre Galey, directeur général du Museum national d’Histoire naturelle, dont le Musée de l’Homme constitue le dixième département, devait tenir compte de l’architecture du bâtiment, monument historique ».
 

 
Architecture modulable
 
C’est la raison du choix de l’équipe bordelaise formée par Olivier Brochet, Emmanuel Lajus et Christine Pueyo, assistée d’un confrère, Emmanuel Nebout. Ces jeunes architectes ont triomphé brillamment lors de l’épreuve éliminatoire des 65 candidatures initiales, puis des deux autres équipes retenues, celles de Jean-Michel Wilmotte et de Moatti et Rivière. L’un d’entre eux, Olivier Brochet, n’est pas un inconnu puisqu’on lui doit notamment le Musée de l’orangerie inauguré cette année.« Ce qui a séduit le jury, reprend M. Galey, c’est d’abord leur compréhension des contraintes de l’établissement, à savoir la création d’une véritable synergie entre ses trois fonctions, les laboratoires, les services d’enseignement (masters de préhistoire et d’anthropologie et la présentation au public, sans oublier la bibliothèque dont toute la préhistoire est revenue chez nous. C’est également leur conception d’un musée modulable, qui sera en prise directe avec les recherches des labos et amené à renouveler souvent ses présentations. »
 

 
Ouverture au public en 2012
 
Les hommes de l’art ont joué avec l’architecture existante, splendide au demeurant, sans l’escamoter. C’est ainsi qu’ils suppriment le plancher du salon de musique, dans le pavillon de tête, créant ainsi, au premier étage, un atrium de 12 mètres de haut éclairé par la coupole vitrée de l’étage supérieur. C’est là que prendra place l’accueil, avec sa perspective privilégiée sur la tour Eiffel.
 
Les surfaces de présentation ne changent guère : 16 500 m² de plancher, dont 5 000 de présentation, y compris les 1 000 à 1 200 m² réservés aux expositions temporaires qui se tiendront autour de l’atrium. Les visiteurs effectueront un circuit en boucle, partant de cet atrium pour visiter la galerie courbe du premier étage, puis reviendront sur leurs pas au deuxième étage pour regagner l’atrium. Une mezzanine rompra la monotonie de cette longue galerie sur la moitié de sa longueur et un escalier sera ménagé à mi-parcours.
 
Sur les matériaux, Bertrand-Pierre Galey ne peut encore rien dire, si ce n’est qu’ils seront en harmonie avec le bâtiment, « comme le costume d’un gentleman se fait remarquer par sa discrétion »... Le coût global de l’opération s’élève à 50 millions d’euros environ, « un peu moins que prévu », se réjouit M. Galey. L’APS est prévue pour le printemps , le début des travaux dans le courant 2008 et l’ouverture au public, à l’horizon 2012. Pendant les travaux, « le magasin reste ouvert », avec deux expos de préfiguration sur le thème « La Saga de l’homme » : premier volet, le 14 février 2007, « L’Homme exposé ». Second volet, en 2008, sur le thème « L’Homme et la planète ».
 
 
Publié le lundi 25 décembre 2006

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le mardi 9 février 2010 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 13 janvier 2009
 
Publié le mercredi 28 février 2007 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 30 août 2009 par Pascal Raux
Mis à jour le lundi 15 juin 2009
 
Publié le mercredi 13 septembre 2006 par Pascal Raux
 
Publié le lundi 8 septembre 2008 par Pascal Raux
Mis à jour le jeudi 9 octobre 2008
 
Publié le jeudi 26 janvier 2012 par Pascal Raux
 
Publié le mardi 8 janvier 2008 par Alain Benard
 
Publié le jeudi 5 juin 2008 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 13 janvier 2009
 
Publié le mardi 20 mars 2012 par Pascal Raux
 
Publié le vendredi 6 novembre 2009 par Pascal Raux
Mis à jour le lundi 30 novembre 2009
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter