» Art mobilier » 82 000 ans pour une parure en coquillages au Maroc !
 
Art mobilier

 
 

82 000 ans pour une parure en coquillages au Maroc !

 

Après les coquillages perforés d’Afrique du Sud datés de 70 000 ans (Randy White, le spécialiste est toutes fois scéptique sur le côté anthropique des perforations), des coquillages "ocrés" et dont l’usure des perforations pouraient bien aller dans le sens de bijoux portés en collier viennent d’être découvert au Maroc,

lire l’article de L’Agence France Presse du Maroc :

La plus ancienne parure de coquillages d’Afrique, datant d’au moins 82 000 ans, a été découverte au Maroc dans une grotte près de Berkane, a annoncé mardi à l’AFP Abdeljalil Bouzouggar, chercheur à l’Institut marocain d’Archéologie.

La découverte, sous forme de plusieurs mollusques perforés, a été faite sur le site de la Grotte des Pigeons, à Taforalt, à 20 km de Berkane, par une équipe internationale d’archéologues, dirigée par M. Bouzouggar, en collaboration avec Nick Barton, chercheur à l’université britannique d’Oxford.

Les chercheurs ne pensaient pas que des parures de ce type datant de plus de 50 000 ans existaient en Afrique, a expliqué à l’AFP M. Bouzouggar. Mais la découverte, en 2002 en Afrique du Sud, de mollusques perforés datant de 75 000 ans a « ébranlé » cette certitude, a-t-il ajouté.

« En 2003, au Maroc, nous avons découvert d’abord un seul mollusque perforé, mais nous avons travaillé pendant quatre ans pour arriver à une douzaine, du type Nassarius gibbosulus », a-t-il poursuivi.

M. Bouzouggar a indiqué que son équipe a eu recours à "quatre méthodes de datation différentes qui ont donné le même résultat, c’est-à-dire environ 82.500 ans".

« Les mollusques perforés ont une couleur ocre-rouge qui n’est pas la leur à l’origine mais qui leur a été appliquée par des hommes à l’époque », a précisé M. Bouzouggar, y voyant le signe d’« une activité décorative, artistique sur des mollusques pris au bord de la Méditerranée ».

« Sur la plupart des mollusques perforés, nous avons constaté une légère usure à un endroit, ce qui accrédite l’idée qu’ils étaient portés en collier autour du cou », a-t-il estimé.

Les recherches ont été menées par des archéologues du Maroc, de l’université d’Oxford, du Centre national de la Recherche scientifique (CNRS, France) et du département d’anthropologie de l’université américaine George Washington.

 
 
Publié le jeudi 7 juin 2007
Mis à jour le mercredi 17 octobre 2007

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le dimanche 8 décembre 2013 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 10 décembre 2013
 
Publié le mardi 23 janvier 2007 par Pascal Raux
 
Publié le jeudi 1er mars 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 13 janvier 2009
 
Publié le mercredi 11 juillet 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le mercredi 23 décembre 2009
 
Publié le lundi 9 novembre 2009 par Pascal Raux
Mis à jour le samedi 1er août 2009
 
Publié le lundi 12 mars 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 13 janvier 2009
 
Publié le mardi 16 janvier 2007 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 2 décembre 2012 par Pascal Raux
 
Publié le samedi 1er décembre 2012 par Pascal Raux
 
Publié le mercredi 23 décembre 2009 par Pascal Raux
 

 
 
 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
 
1