» Publications Lithos » Traces de chamanisme... » Chamanisme et art préhistorique
 
Publications Lithos
Traces de chamanisme...

 
 

Chamanisme et art préhistorique

 

 

Chamanisme et art préhistorique

Déjà certains auteurs ont franchi le pas : transe, rites d’initiation, symboles et signes magiques issus d’une modification de l’esprit ... le dernier ouvrage de J. Clottes et J. D. Lewis Williams (1996 op.cit.) fait un point précis de ces données ; allons plus loin dans la démarche ...

La théorie proposée ne peut être comprise si l’on ne fait pas abstraction des valeurs judéo-chrétiennes actuelles, bien que dans des églises ou autres temples on puisse voir encore aujourd’hui des hommes en partie zoomorphisés, tels qu’un taureau, un aigle, un lion, un agneau, des êtres composites tel un homme ailé ...

Dans les sociétés qualifiées de primitives, le " déguisement ", le " masque " ne cache pas son utilisateur mais l’aide à se transcender (transformation) en " force animale " supérieure et réelle dans sa dualité - terre / matière, au-delà / esprit - et lui donne la possibilité de voyager, de communiquer entre / avec les deux mondes .

L’état de transe, indispensable au " voyage ", peut s’obtenir de diverses façons : ascèse, jeûne, rythme de tambour, drogues ou substances hallucinogènes avec plusieurs étapes de modification de la conscience et donc plusieurs visions des " choses ".

La transe a pour but une mort virtuelle du chaman dans ce monde-ci pour voyager sous l’aspect de son animal tutélaire dans le monde de l’au-delà où, rappelons-le, le voyageur étant visionnaire, il n’aura pas besoin des yeux ; télépathe, il n’aura pas besoin de sa bouche. Ne soyons donc pas étonnés de l’absence des sens (bouche, oreilles, sabots, bouts de pattes) dans certaines représentations animales de l’art paléolithique, un peu à la façon d’Homère qui, dit-on, était visionnaire par ses descriptions de la vie du Panthéon grec, mais physiquement aveugle.

Cet exploit ne peut être réalisé par tous, il est donc réservé au chaman, initié qui détient savoir, pouvoir (et devoir) après vérification de ses aptitudes par ses semblables ; il est indispensable pour tout acte de la vie, pour infléchir les éléments (chasse, pluie, etc...), le monde d’ici n’existant pas sans le monde de l’au-delà, peuplé des maîtres des animaux, de leurs esprits auxiliaires et des forces vitales. Ce " voyage " ne sera parfait que si le chaman revient ; le retour est donc aussi important que l’aller.

Voir"Animisme et arts premiers", Pascal Raux

voir encore en ubrique "grottes ornées" : Foz-Côa", los casares : traces de chamanisme

 
 
Publié le samedi 18 juin 2005
Mis à jour le mardi 27 février 2007

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le samedi 18 juin 2005 par Pascal Raux
Mis à jour le mardi 27 février 2007
 
Publié le dimanche 19 juin 2005 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 19 juin 2005 par Pascal Raux
Mis à jour le vendredi 11 mars 2011
 
Publié le dimanche 19 juin 2005 par Pascal Raux
Mis à jour le vendredi 11 mars 2011
 
Publié le dimanche 19 juin 2005 par Pascal Raux
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
 
1