» Les grottes ornées
 
Les grottes ornées

 
 

Les grottes ornées
 
 
 
 

Foz Côa, Los Casares : traces de chamanisme

 

 

Foz Côa

Dernièrement dans la va llée de Côa, à Ribeira de Piscos, j’ai pu observer une roche sur laquelle est gravé un antropomorphe associé à un bovidé, et un cheval . Dans le site, tout près, un cheval pourvu d’un oeil est marqué d’un trait (non interprété par les inventeurs) et semble s’échapper de ce corps blessé un second cheval/chaman/voyage, sans oeil et incomplet exactement comme par exemple les deux chevaux des Combarelles ou ceux de la chaire à Calvin

Il faudra par la suite étudier et appliquer ce système à de nombreuses grottes et l’étendre à l’art mobilier, les figurations rentrant dans le cadre d’abscence (partielle ou totale) de sens pour certains animaux sont trop nombreuses pour être gratuites (par exemple, G. Sauvet nous signale qu’un seul cheval est pourvu d’oeil dans la grotte de la Griega).

Ceci est vrai au portel, Altamira, Pasiega, La mouthe, Niaux, Cougnac, Pezch-Merle pour ne parler que de quelques grottes "célèbres". Il nous offre une remarquable plate-forme d’étude avec les mêmes constantes d’abscence de certains sens et de segmentation des animaux.

Les associations cheval/antropomorphes seraient-elles aussi significatives de "voyage" : Los Casares, La griega , Ribeira de Piscos, vallée du Côa  ; Combarelles .

Homme et cheval, Los Casares, Espagne

Voir mon livre "Animisme et Arts Premiers" dans lequel je propose une théorie bien étayée et vérifiable.

rubrique "publications" ou me contacter :

centre-daccueil.lithos@wanadoo.fr

 

 
 
Publié le mardi 27 février 2007

 

Grotte d’Altamira, Cantabria, images

 

En fin d’article, un lien vers le site officiel de l’université de Cantabria

Grotte d’ Altamira

Les peintures de la grotte d’Altamira ont été découvertes en 1879 par la petite fille de Marcelino Sainz de Sautuola.. L’authenticité des peintures ne fut reconnu qu’en 1902.

 

L’obstruction de la grotte par la chute de blocs issus de la voute du porche avait assuré la conservation de la grotte pendant plus de 15000 ans.

Des fouilles dans l’entrée, ont montré des occupations successives. D’après M.Conkey, Altamira pouvait être un site d’agrégation -site de rassemblements rituels périodiques des populations de la région qui échangent des biens, des idées, des objets, voir des individus (exogamie)-. Un panneau dans le musée rappelle cette thèse.

A gauche de l’entrée se trouve la salle du plafond peint qui est l’œuvre du paléolithique la  plus célèbre au monde avec Niaux et Lascaux. L’ensemble décoré est disposé sur un emplacement de 18m de longueur sur 9m de largeur. La partie centrale est occupée par une quinzaine de bisons polychromes affectant des postures variées. Figurent également une grande biche, deux chevaux et un éventuel sanglier. Du point de vue stylistique, le plafond d’Altamira présente une homogénéité totale. On voit aussi des signes claviformes ou barbelés.

Cavité complexe, la caverne est constituée d’une grande galerie tortueuse et d’un diverticule appelé "la queue de cheval. L’entrée de cette galerie profonde F est marquée par un cerf, des chevaux, des bisons et des signes quadrangulaires d’un type voisin de ceux de la Pasiega et d’El Castillo. En face des aspérités de la paroi sont transformées en masques humains.

Il existe sur les parois d’assez nombreuses gravures et des figures peintes formées dans la salle B et la galerie C de bisons d’aurochs et de chevaux. 

L’ouverture d’un accès permettant  des visites massives entraîna un déséquilibre qui se solda par des dégradations entraînant la décision de fermer la grotte. La construction d’un fac-simile appelé Altamira II et d’un musée très didactique permet actuellement la visite de nombreux touristes.

La vraie grotte n’est plus visitée.
Le fac-simile est remarquable, présentant l’originalité de présenter la grotte avant l’effondrement de la voûte du porche d’entrée. Les activités des hommes préhistoriques sont présentées sous forme d’hologrammes cinématographiques, dont chaque thème est reproduit sous le porche dans des « stands » d’expositions bien conçus. Regrettons juste l’éclairage de la salle du plafond polychrome par des néons trop lumineux. De ce fait, l’ambiance magique de la véritable grotte n’existe plus ! Mais quelle belle réalisation !

"L’homme-oiseau", un des sorciers de la grotte !

 

Retour Cantabrie 2005

vers le site officiel de l’université de Cantabria :

http://grupos.unican.es/arte/prehist/paleo/b/Default.htm

un autre site : http://www.arrakis.es/ seha/Altamira.htm#ALTAMIRA

 
 
Publié le dimanche 11 février 2007
Mis à jour le samedi 10 janvier 2009

 

Grotte d’El Castillo, Cantabria, images 2005

 

 

 

En fin d’article, un lien vers le site de l’université de Cantabria et l’historique

 

La grotte d’ El Castillo

La grotte a été découverte en 1903 par Alcade des Rio et l’abbé Breuil en fit le relevé. A l’entrée se trouvait un dépôt archéologique fouillé dès 1909. La stratigraphie atteignait une hauteur de 20m avec 26 strates allant du Moustérien à l’Azilien. La fouille a livré de nombreux objets dont un bâton percé orné d’un cerf, de nombreux outils, des omoplates décorées.
La grotte fait 150m dans sa plus grande longueur. La partie la plus importante est la zone IV, tapissée par des mains négatives. On y trouve des bisons, des biches, des chevaux et des signes quadrangulaires semblables à ceux de la Pasiega. Dans la zone V on trouve une série de disques rouges, des mains et une tête de taureau. Un cheval blessé se trouve avec un signe en accolade

   
 
   
http://grupos.unican.es/arte/prehist/paleo/k/Default.htm
 
 
Publié le dimanche 11 février 2007
Mis à jour le lundi 19 février 2007

 

Grotte de Covalanas, Cantabria, images 2005

 

Grotte de Covalanas


A proximité de Ramalès de la Victoria, au sud-est de Santander, s’ouvrent dans une ligne de falaises appelées El Salto des Osos, une série de grottes visibles depuis la vallée.

C’est là qu’en 1903 H. Alcade des Rio et L.Sierra ont découvert la grotte de Covalanas

L ‘entrée forme un abri d’où partent deux galeries. On accède à la galerie gauche par une vaste salle au plafond bas. Elle mène à un corridor de 3m de large. A 75m de l’entrée commencent les œuvres peintes en rouge par tamponnement . Parfois les points sont si rapprochés qu’ils donnent l’illusion d’une ligne continue.
Cette technique s’accompagne d’un modelé rendu par épaississement des traits à la gorge, l’épaule, la hanche, la fesse, le ventre, le coude.
La série des figures commence par un bovidé suivi par deux biches. Dans une alcôve figure au centre une biche sans membres antérieurs. A droite et à gauche se trouvent deux avant trains de biches et dans un coin deux signes rouges allongés d’allure quadrangulaire.
Face à la sortie de l’alcôve, sur la paroi de droite, un cheval est accompagné de lignes de bâtonnets et entouré de 12 biches. L’une d’elle a été identifiée par Breuil comme un mâle sans ramures

Retour Cantabrie 2005

 

 
 
Publié le dimanche 11 février 2007
Mis à jour le vendredi 11 mars 2011

 

Grotte de La Pasiega, Cantabria, images 2005 et signes

 

Grotte de La Pasiega

Cette grotte du Mont Castillo a été découverte en 1911 par Obermaier. La caverne est composée d’une galerie d’une centaine de mètres de long parallèle au flanc de la colline qui émet vers l’extérieur 5 couloirs qui débouchent à l’air libre. L’essentiel des décorations se trouve aux deux extrémités : galeries A et B à l’est, galerie C à l’ouest.. Les parois très craquelées rendent difficiles la lecture des gravures

La Galerie À est le tronçon final d’un long couloir que forme la partie centrale et orientale de la grotte. Dans cette zone se concentrent plus de une centaine de représentations d’animaux et environ 60 signes, dont la plus grande partie sont peints en rouge. Ce sont des représentations de cervidés et de chevaux. En plus de cet ensemble de peintures rouges solutréennes (de fait quelque 20.000 ans) apparaissent quelques figures peintes en noir de l’époque magdalénienne. Les signes sont groupé dans l’arrière salle et dans la fissure où l’on en trouve 25 étroitement associés

La galerie B a eu à l’époque paléolithique un accès direct depuis l’ extérieur et sûrement a fonctionné comme lieu d’ habitation. L’ensemble des figures qui apparaît dans cette zone est assez hétérogène, où coexistent gravures et peintures de différents styles et de chronologies. Au total, plus de 80 figures, dont les plus abondantes sont des représentations de chevaux, accompagnés de capridés, de cervidés,
de bovinés et d’autres animaux moins fréquents dans l’art paléolithique
cantabrique, comme un oiseau, un poisson ou un megaceros.
Il y a de nombreux signes peints en particulier des claviformes et le fameux
Signe appelé l’inscription de la Pasiega

       
       
La Galerie C est la zone de la grotte présentant la plus grande complexité topographique qui a eu dès l’origine un accès direct depuis l’extérieur. La figure la plus importante de l’ensemble est un bison peint en marron et noir.

Quelques figures sont disposées sur la paroi vers l’entrée comportant un bovidé vertical et un groupe de signes couplés interprétés par Leroi-Gourhan comme un piège ou un enclos quadrangulaire cloisonné. Les deux surfaces libres portent l’une un arrière train de bison, l’autre un avant train.

Pour Pascal Raux, c’est un signe évident du voyage chamanique avec, en haut, l’animal s’enfonçant au travers de la paroi vers le monde des esprits et, en bas l’avant train du bison signifiant le retour

 
 
 
 
Publié le dimanche 11 février 2007

 

Grotte de Las Monedas, Cantabria, images 2005

 

Grotte de las Monedas

C’est la dernière grotte située au Sud-Est du Mont Castillo à l’extrémité de la route aménagée. Elle a été découverte en 1952 par Garcia Lorenzo. Le sanctuaire est groupé dans une seule salle près de l’entrée sont le centre est occupé par un massif stalagmitique. Toutes les oeuvres sont peintes en noir.

Un premier panneau est constitué de figures ovales et des séries de bâtonnets. Sur la paroi d’en facese trouvent un cheval à modèle ventral en M, un renne remarquable d’exécution et les traces d’un bison et d’un bouquetin. La paroi se poursuit par les figures d’un cheval et un bâtonnet,d’ un cheval sans tête puis d’un renne encadré par deux bouquetins.


Une seconde composition centrale est située dans un retour de la paroi où l’on trouve un cheval, un bison accompagné d’un bouquetin.

A leur gauche 3 rennes se suivent sur le bord d’une retombée. A gauche se trouvent les signes, un claviforme qui rappelle les femmes des combarelles, un signe barbelé, 3 bâtonnets et un ovale formé de points.

Sur le massif stalagmitique central se trouve un petit cheval puis un cheval vertical sans tête et des losanges.
En face on voit 5 chevaux et un animal sans tête. A côté se trouvent un cervidé, des signes barbelés,un ours et des bouquetins. Enfin le dernier point est décoré de bâtonnets

Retour Cantabrie 2005

 
 
Publié le dimanche 11 février 2007

 

Grotte de Pindal images 2005

 

Pindal

La grotte de Pindal se trouve dans les Asturies, au bord de l’océan près du village
de Pimiango. Le vestibule à ciel ouvert descend dans une vaste galerie
longue de 360m.Les figures, peintes à l’ocre ou gravées, essentiellement situées sur la paroi droite furent découvertes en 1908 par H. Alcade del Rio. Les relevés furent faits par l’abbé Breuil.


Le premier panneau montre deux vulves et un petit cheval, le second une composition avec chevaux, bisons et biches. Une main positive est située sous l’un des chevaux. Au dessus d’un bison est gravé un poisson à corps de salmonidé et queue de thon.On voit également des signes (ovales, claviformes, points, bâtonnets) et un peu plus loin un proboscidien peint en rouge considéré par certains comme un éléphant, par d’autres un mammouth

  Retour Cantabrie 2005
 
 
Publié le dimanche 11 février 2007

 

Grotte de Santian, Cantabria, images 2005

 

Grotte de Santian

Elle est située à 800m du village d’Arce à environ 6km de l’embouchure du Rio Pas dans l’océan. La grotte s’ouvre à une dizaine de mètres de la route, entre deux roches, par un étroit passage (2m sur 1,50m). La galerie unique longue de 205m est étroite puis s’élargit quelque peu et arrive à s’élever à 3,50m.
Dans ce corridor se trouvent des disques rouges, des litophones et à mi-parcours une tache rouge la forme d’un cheval
A 130m on trouve une petite salle atteignant 5m de hauteur dans
un coude de la galerie. Au centre se trouve les restes d’un gour
qui a été vidé pour faciliter l’accès.
Sur la paroi gauche, la roche forme une petite estrade au dessus de
laquelle se trouve un frise peinte de 2 rangs de signes rouges dont les
plus élevés supposent qu’on a du se servir d’un escabeau ou les faire
avec un bâton.
Ces signes sont au nombre de 15 dont 10 en bas et 5 en haut. Ils semblent
représenter des bois de cervidés ou des bras humains terminés par une
main et pour un cas un pied d’un dessin très conventionnel.
Ce sont des lignes terminés par trois ou quatre doigts qui rappellent
des griffes. Certains de ces avant-bras semblent poilus.
La signification de ces dessins n’est pas encore tirée au clair.
Ils paraissent appartenir à une période reculée de l’Aurignacien.
On n’en a pas retrouvé d’identiques dans d’autres cavernes ornées.
Pascal Raux raconte qu’un ancien guide signalait qu’au centre
du panneau le relief ressemble à une chouette dont les pattes seraient
figurées par un trait d’ocre. Les signes seraient alors disposés autour
d’un oiseau.
Sur la paroi opposée se trouve une croix ouverte (comme à Font-de-Gaume).
Au fond de la grotte existent quelques gravures non figuratives

 
 
Publié le dimanche 11 février 2007
Mis à jour le dimanche 11 janvier 2009

 
 
 
Les autres articles de cette rubrique :
 
Publié le dimanche 6 février 2011 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 11 février 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le samedi 20 janvier 2007
 
Publié le samedi 15 mai 2010 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 11 février 2007 par Pascal Raux
 
Publié le mardi 25 septembre 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le samedi 5 mai 2007
 
Publié le samedi 29 septembre 2007 par Pascal Raux
 
Publié le mercredi 26 décembre 2007 par Pascal Raux
Mis à jour le samedi 10 janvier 2009
 
Publié le lundi 6 octobre 2008 par Pascal Raux
 
Publié le mercredi 28 mars 2007 par Pascal Raux
 
Publié le dimanche 11 février 2007 par Pascal Raux
 
1